Douce France..

Publié le par NicolasC

    Il y a, aujourd’hui en France, moins de magistrats professionnels que sous Napoléon III. 7 700 aujourd’hui, ils étaient 9 000 alors. Comment cela se fait-il ? Le budget de la justice a été répétitivement ignoré, grignoté par les gouvernements successifs, de droite comme de gauche. L’instauration des juges de proximité,  la diminution du nombre de greffiers montre l’efficacité du gouvernement lorsqu'il s'agit de réduire le budget de la Justice au maximum. Dans l’Union Européene, la France est 25ème dans la dépense en justice par habitant. On dépense en France 1/7 par habitant comparé à l’Allemagne, 1/9 du budget de l’Angleterre. Certes, peut-on répondre, la sphère sociale en France est beaucoup moins judiciarisé que dans les pays anglo-saxons. On fait ici moins de recours judiciaires que dans ces pays (notamment les Etats-Unis).  Pourtant, les conditions de travail des magistrats sont difficiles. Par exemple, un juge d’instruction traite 200 dossiers par an, soit à peu près 2 jours par dossier. 1 Million d’affaires ont été traitées au pénal en 2006 et 2,3 Million traitées au civil, c’est impressionant pour seulement 7 700 magistrats.
       Pendant ces deux dernières semaines, les médias traditionnels, en matière de justice, ont relayé les inquiétudes des magistrats face aux suppressions de tribunaux proclamés par la Garde des Sceaux. La cuisine politique actuelle ne semble pas encore être au goût de tous les magistrats, comme nous l’a encore rappellé une dépêche ce soir. Pourtant, peu, ou pas, de journaux rappellent que le problème de la justice est avant tout un problème budgétaire. La justice, ferment du tissu social, a été négligé pendant trop longtemps par les gouvernements.

Publié dans Actualités

Commenter cet article